Le stationnement d’un hôpital est un facteur d’accessibilité

Montréal, le 25 février 2016 – Les Comités des usagers du CHUM et du CUSM demandent au ministère de la Santé et des Services sociaux de revoir la directive concernant l’autofinancement de la construction et de l’exploitation des parcs de stationnement des hôpitaux du Québec.

Les parties de l’opposition ont raison de manifester leur mécontentement face aux frais de stationnement des hôpitaux, et ils ne sont pas les seuls. Le co-président du Comité des usagers du CUSM, monsieur Mario Di Carlo exprimait déjà en octobre 2015 « Patient advocates are worried the high prices could deter people from seeking care. »  Dans la Politique sur la gestion des stationnements du CHUM, le Comité des usagers a fait reconnaître le stationnement comme un facteur d’accessibilité aux soins et aux services de santé, et ce, tant au point de vue de la proximité, de la disponibilité des espaces que de la tarification.

Les stationnements des hôpitaux du Québec ne sont pas une activité accessoire. La présidente du CU-CHUM, madame Louisa Defoy ajoute « il est temps pour le gouvernement de réaliser que les usagers du réseau ne fréquentent pas un hôpital par choix. Les frais excessifs sont un facteur discriminant pour ceux et celles qui ne peuvent pas payer les tarifs en vigueur. »

Les Comités des usagers du CHUM et du CUSM jugent que la réforme en cours doit faciliter l’accessibilité aux soins et aux services pour les usagers et que le stationnement d’un hôpital est un facteur d’accessibilité.

Pour télécharger le communiqué, voici le lien.

 À propos des Comités des usagers du CHUM et du CUSM

Les Comités des usagers ont pour mandat la défense des droits des usagers pour l’amélioration de la qualité des soins et des services.

Information : cuchum.ca / cusm.ca/homepage/page/comite-patients

top